Sportif de haut niveau : faut-il devenir végétarien ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le sportif de haut niveau n’a de cesse de rechercher la performance. Son corps se doit être à la fois tonique, puissant, précis.

L’alimentation joue une rôle essentiel dans la pratique d’un sport. Un sportif de haut niveau a-t-il intérêt à devenir végétarien ? Le point.

Sportif de haut niveau : faut-il devenir végétarien ?

Être un sportif végétarien, est-ce possible ?

Le sport, qui plus est à haut niveau, demande une hygiène de vie irréprochable. L’alimentation se veut saine, équilibrée, variée et adaptée à la pratique sportive.

Les protéines animales, notamment la viande, sont souvent associées à l’idée de performance sportive, à la puissance musculaire.

Pourtant, de célèbres sportifs de haut niveau ont arrêté de consommer de la viande en accord avec leurs convictions, sans que cela entrave leurs performances.

Ce qui démontre que la pratique intensive du sport n’est pas incompatible avec le végétarisme.

Toutefois, les repas végétariens doivent faire l’objet de la plus grande attention pour être complets et subvenir aux besoins nutritionnels avant, pendant et après l’effort sportif intense.

Composer ses repas de sportif végan

La viande et le poisson apportent des protéines à l’organisme, qui vont notamment être utiles au développement des muscles et à la réparation musculaire après l’effort.

Étant donné l’absence de protéines animales dans son régime alimentaire, le sportif végétarien va devoir trouver des apports de protéines végétales.

Les légumineuses sont les meilleurs alliés pour des apports conséquents en protéines et donc en énergie. Les céréales complètes et les féculents aussi.

Le tonus et la vitalité indispensable à une performance sportive seront apportées par les vitamines des fruits et légumes. Ils peuvent être consommés frais. Mais il est bon aussi de rajouter des fruits secs à ses repas végétariens.

Les produits laitiers assurent quant à eux la solidité du squelette, avec leurs apports en calcium.

Les aliments gras sont à éviter, même pour les sportifs.

Avant un entraînement intensif ou une compétition, les portions devront être augmentées car l’organisme va brûler plus de calories qu’au repos.

Les limites du régime sans viande pour les athlètes

Équilibrer ses menus végétariens et adapter les portions à son activité sportive est indispensable pour ne pas souffrir de carences.

Les contrôles médicaux réguliers qui accompagnent la pratique sportive permettent de les détecter. Le sportif connait aussi bien son corps et il peut lui permettre de détecter des manquements également.

Les principales carences qui peuvent survenir portent sur la vitamine D, les omégas 3, le calcium, la vitamine B12.

Ces apports peuvent être renforcés par une supplémentation, avec la prise de gélules ou d’ampoules.

Il est aussi possible d’adopter un régime végétarien qui inclut du poisson et des fruits de mer. Ceux-ci sont très riches en de tels nutriments essentiels pour l’organisme. Il s’agit alors d’un régime presco-végétarien.

Les sportifs de haut niveau peuvent devenir végétariens. Mais pour assurer leur performance, leur régime alimentaire doit être riche en protéines végétales, équilibré et supplémenté en nutriments.

Les portions doivent aussi varier en fonction de l’intensité des training suivis.


Lisez aussi:

Pourquoi les végétariens mangent du poisson ?

Végétarien: comment prendre du poids?